La sorcière ne badine pas avec l'amour

Publié le par Catherine Barbé

Quand la sorcière sort du bois

... elle parle d'or ! 

A découvrir dans Libé, ci-dessous : parole de femme, Leila Slimani, prix Goncourt 2016,

  • fait valser les stéréotypes sur lesquels la figure de la sorcière a été construite. (Voir articles "Chasse aux sorcières") 

 

 

 

  • et redistribue les rôles pour l'avenir :

 

"   Mon fils sera, je l’espère, un homme libre. Libre, non pas d’importuner, mais libre de se définir autrement que comme un prédateur habité par des pulsions incontrôlables. Un homme qui sait séduire par les mille façons merveilleuses qu’ont les hommes de nous séduire. (...)  J’espère qu’un jour ma fille marchera la nuit dans la rue, en minijupe et en décolleté, qu’elle fera seule le tour du monde, qu’elle prendra le métro à minuit sans avoir peur, sans même y penser. Le monde dans lequel elle vivra alors ne sera pas un monde puritain. Ce sera, j’en suis certaine, un monde plus juste, où l’espace de l’amour, de la jouissance, des jeux de la séduction ne seront que plus beaux et plus amples. A un point qu’on n’imagine même pas encore."

Ibid.

En 1834, on ne badine pas avec l'amour

Pour la première fois !

C'est Alfred qui, par la bouche de Perdican, propose une équitable distribution des stéréotypes :

 

Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière ; et on se dit : “ J'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui.

Texte intégral, II,5

 

Aujourd'hui encore, Badine fait recette

J'aurais aimé proposer la version intégrale de la pièce au théâtre*, mais j'ai préféré ça, allez savoir pourquoi !

 

 

 

* Il existe une version Comédie française sur Youtube qui ne m'a pas convaincue... 

et de nombreuses autres, professionnelles ou d'amateurs, accessibles en ligne, mais pas très bien filmées.

Pour info, par exemple ce lien qui donnera tous les autres :

 https://www.youtube.com/watch?v=0AsNuU3ZP44

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article