L'Énéide, mythe animateur de la culture contemporaine 2 + annexe

Publié le par Catherine Barbé

L’âme exposée aux torches du solstice,
Je te soutiens, admirable justice
De la lumière aux armes sans pitié !
Je te rends pure à ta place première,
Regarde-toi !… Mais rendre la lumière
Suppose d’ombre une morne moitié.



Paul Valéry, Le Cimetière marin, 1920

Dans la série Le mythe animateur des cultures, épisode 2

L'Énéide de Virgile revisitée.

De la nuit des temps... au présent, de l'imaginaire à l'histoire contemporaine, la filiation à travers l'image.

 

Énée doit s'enfuir, quitter Troie en flammes avec une partie des siens. Guidé par les Dieux, traqué par la colère de Junon, il se met en quête d'une terre hospitalière où fonder une nouvelle cité. De l'Énéide, ce voyage initiatique chanté par Virgile, Maëlle Poésy et son complice le dramaturge et auteur Kevin Keiss n'ont retenu que quelques fragments choisis au fil des six premiers chants du poème épique. Ensemble, ils ont imaginé une narration du souvenir, rythmée par les départs, les arrivées, et les naufrages. Un espace-temps où le passé et l'avenir s'imbriquent en permanence dans le présent. Une recherche sensible et physique, portée à la fois par des comédiens et des danseurs, qui interroge le rapport des exilés au voyage et à la mémoire. Une pièce en constante métamorphose, où les morts parlent aux vivants, les divinités aux hommes, où les décors se troublent, où le passé resurgit dans le présent, faisant de l'exil un entre-deux-mondes, une attente apatride.

Programme Avignon

Nos patriae finis et dulcia linquimus arua.
Nos patriam fugimus, tu Tityre, lentus in umbra
formosam resonare doces Amaryllida siluas.

Virgile, Bucoliques

La traversée héroïque

 

En écho aux litanies virgiliennes de la première bucolique, la guerre, la mort, le viol, la traversée héroïque, l'Italie terre promise... l'exil.

Et pendant ce temps là,  Tityre, assis sous le couvert d'un large hêtre, essaie un air sylvestre sur sa flûte champêtre...

Des nappes de sang rougissent la vaste étendue des mers sur lesquelles dérivent de modernes radeaux.

L'attente... que ça passe, car toujours les combats finissent faute de combattants, et la vie meurt faute de vivants

Le périple d'Énée, une fiction  ?

 

Une fois encore, le mythe confronté à l'histoire contemporaine, s'exposant sur la scène théâtrale, fait remonter des abysses les images à la surface des consciences. 

 

 

Ils ont fait la traversée

 Exilés, migrants et auteur.e.s, ils/elles racontent...

Publié dans JOURNAL, Mythe, Théâtre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Temple Christophe 06/06/2019 23:06

Le rapprochement de la pièce et de la lecture est saisissant. Finalement l'exilé porte t'il en lui le futur des civilisations ?