L'IMAGINAIRE A L'OEUVRE : Dracula/ Médée chez Kadyrov/Poutine

Publié le par Catherine Barbé

Avertissement : cet article s'inscrit dans la continuité des précédents, en particulier ceux consacrés à "Médée" et la série "Chasse aux sorcières" . 

Il est 'construit', si j'ose dire, comme un patchwork ou comme les images d'un kaléidoscope.

C'est le reflet d'un instant, un peu dilaté dans le temps, un mandala : je n'aurai plus envie de le publier demain, qui est un autre jour.

Alors le voilà !

Je n'ai pas relu jusqu'à l'épuisement des fautes : la perfection est de Dieu, il est dangereux d'empiéter sur son territoire !

Humeur, paradoxe et orthodoxie

 

SOMETIMES I FEEL LIKE...

Like what ? Je ne sais pas, je ne sais plus la suite mais quelque chose en moi la connaît.

Merveille du Net : j'écris les 4 premiers mots et Il complète...

 

Humeur du matin

Curieux mélange de liberté sous un voile léger et pourtant sombre de mélancolie ... se sentir "orpheline", comme Odetta :

 

Très vite, au réveil, avant même la redécouverte du chant, - selon un processus de simultanéité impossible à rendre par la linéarité du discours - une image qui me transporte en Europe de l'Est, du côté du Caucase de Dracula, où l'ombre de Médée plane encore, associée à :

 

La Tchétchénie, parèdre de la grande mère Russie

La Tchétchénie

La Russie

"Chez de nombreux Russes, l’infection demeure une affaire de drogués et d’homosexuels. Plus de trente ans après la découverte du virus, les porteurs du VIH continuent d’être montrés du doigt. " par les foules sensibles à la propagande gouvernementale.

 

Mais, dans le milieu médical on reconnaît que :

« Tout le monde peut être concerné 

Après avoir frappé essentiellement les usagers de drogue, la nature de l’épidémie a changé au cours des dernières années, s’inquiète le directeur adjoint de l’hôpital Vladimir Musatov, qui tente de tirer la sonnette d’alarme. Le virus aujourd’hui se transmet majoritairement par voie sexuelle et non plus intraveineuse. Potentiellement, tout le monde peut être concerné. Il est temps que mes concitoyens en prennent conscience. »

(suite de l'article ci-dessous)

Paradoxe et orthodoxie, de déni en contre-vérité

Une bonne nouvelle émerge cependant des articles précités : 

Les homosexuels n'ont plus à endosser seuls la responsabilité de la propagation du "fléau".

1- En Tchétchénie

il ne peut y avoir de Sida puisqu'il n'y a pas d'homosexuels !

'' Niant les accusations, un porte-parole de la présidence tchétchène a déclaré à l’agence de presse Interfax :
« Vous ne pouvez pas arrêter ou réprimer des gens qui n’existent pas dans la République. L’homosexualité n’existe pas ici ». Et d’ajouter : « Si ces personnes existaient en Tchétchénie, la loi n’aurait pas à se soucier d’eux, vu que leurs propres parents se seraient déjà occupés définitivement de leurs cas. » ''

Suite de l'article ci-dessus sur http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/04/11/la-tchetchenie-accusee-de-persecuter-des-homosexuels_5109715_3214.html#rjYE1h19bOvqTk62.99

 

2 - Sida en Russie

"Le déni de l’épidémie trouve des justifications dans des cercles intellectuels ultra-conservateurs. Le RISS, un groupe d’experts dirigé par un proche du président Poutine, a publié en mai 2016 une étude concluant que «le problème du sida fait partie d’une guerre informationnelle contre la Russie». L’un des coauteurs de l’étude, Igor Beloborodov, estime que le préservatif aggrave plus l’épidémie qu’il ne la combat, car pour lui «l’industrie de la contraception encourage les mineurs à pratiquer le sexe parce qu’elle a intérêt à vendre ses produits». C’est exactement la position que défend l’Eglise orthodoxe. Depuis plusieurs années, les campagnes publiques de prévention clament que «seule la fidélité absolue protège contre le sida». "

Suite de l'article article ci-dessous du 14/06/2017

 

 

Le mythe de la pureté :

Déclaration de  Ramzan Kadyrov, président Tchétchène, à la chaîne américaine HBO  

 Dans un extrait diffusé sur Twitter on peut voir le journaliste interroger Kadyrov sur le sort des gays tchétchènes, arrêtés, torturés et parfois assassinés. La question fait rire le président qui répond ensuite:

« On n’a pas ce genre de personnes. Il n’y pas de gays chez nous. S’il y en a qu’on les emmène au Canada. Emmenez les loin de nous qu’on n’ait plus ça à la maison. Pour purifier notre sang, s’il y en a, emmenez les. »

http://yagg.com/2017/07/16/

 

Les femmes, toujours les femmes, durement touchées

Déjà en 2009 :

"Par Lorraine Millot 

Libération,

Caucase . Le président, installé par Poutine, a justifié l’assassinat de neuf femmes au nom de la morale."

La Croix, art.cit. :

"Dans les couloirs mal éclairés, Irina, 37 ans, employée de banque et Valentina, 65 ans, retraitée, attendent leur traitement. Souffrant de troubles respiratoires, elles ont découvert qu’elles étaient séropositives à un stade avancé de la maladie.

Ces deux générations de femmes sont les nouveaux visages des victimes du VIH en Russie, dont le nombre de cas recensés est passé de 100 000 à 1 million en l’espace de quinze ans."

Deux exemples parmi bien d'autres

Si vous avez suivi les glissements progressifs de mon image, vous ne serez pas étonné/ée que,  adoptant d'abord le point de vue du "motherless child", l'orphelin" - abandonné par sa mère-patrie aux mains des totalitarismes/draculas-succeurs-de-sang, je passe ensuite à celui de childless mother, orpheline de ses enfants spectatrice du massacre.

C'était en 1997

 

 

Mère algérienne après l'assassinat de ses enfants.

http://tentation-du-regard.fr/wp-content/uploads/6_MADONE_BENTALHA_1218.jpg

 

 

 

Quand seule reste la liberté lovée sous le voile... comme source d'une force puissante et incommensurable porteuse de vie contre le... la...  

 

Donc pendant ce temps, la vie continue 

A la une de la presse aujourd'hui :

mama panda va avoir un BB ! C'est rassurant...la captivité

Souriez, c'est jeudi, le jour de Jupiter !

Publié dans JOURNAL, humeur du jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article