LE LOUP LA SORCIERE ET LA GAZELLE

Publié le par Catherine Barbé

 

 

 

bism1.jpg

Comme suite à l'article précédent.

 Vivant à la campagne, j'en ai une vision un peu moins idyllique que lorsque j'étais citadine. 

Dans les urnes rurales, le vote s'extrême-droitise par les temps qui courent.

Généralement confiante en la nature humaine, je reste ... perplexe.  je m'en tiens à une expression euphémique de bon ton ! Surtout ne pas effaroucher les gazelles !

 

Le loup et la gazelle

Grande est la fortune du loup, par chez nous où le flou règne en maître. La pauvre bête peut enfin trouver refuge sans se faire enfumer, zigouiller, décimer. Dans les brumes et les zones ombreuses de nos campagnes ...électorales ! Heureusement pour lui, car, rappel au passage, hélas Trump-la-mort a encore frappé ! (sur les réseaux, on aime beaucoup les BB animaux).

Ainsi, chose bien singulière, en France, pendant les semaines à venir, le loup de Mar(t)ine va pouvoir frayer avec la gazelle de Jean-Luc sur un territoire électif protégé par les règles de la République !  Chance ! Va-t-elle, brave biquette, se coucher et tendre son cou menu à la faucille bolchévique ? (Si si il paraît qu'il en reste !). la jument de Michaud paraît aussi s'inviter à la fête, quand sera né le poulain de l'année, et aussi pourquoi pas le Minotaure derrière le chiffon rouge... Beau troupeau...

Enfumage disais-je

Il conviendrait avant d'aller déposer dans l'urne son obole citoyenne de se retourner un instant : des chiffons rouges il y en eut beaucoup dans l'histoire. Mais singulière récurrence, toujours  le même chiffon ressort du placard (où sommeille le balai aux pieds de la sorcière, tapie dans l'ombre en attente d'être convoquée, le moment venu, à la fête). Rouge, rouge, l'étranger, polymorphe et multifonction, celui fabriqué de toutes les terreurs et fantasmes de chacun, auge où s'abreuve le totalitarisme. Son projet : faire litière et se vautrer... pour cinq ans  ?? Ah ah ! quelle blague !

Mais comment ça fonctionne au fait, le totalitarisme ?

Le premier symptôme : délire de persécution. Nous sommes gâtés, nous avons deux beaux spécimens, au moins 1 !

Deux petits exemples pour l'instant. Les curieux pourront aller vérifier en live à longueur de media.

Mais que cache ce délire de persécution avéré (quelles qu'en soient les causes, plausibles ou pas) ?

 

Et d'un :

L’Orient-Le Jour, au Liban, s’inquiète de la mise à mal de l’État de droit, “cœur de la démocratie libérale”, par François Fillon :

Le populisme complotiste du député de Paris, qui a dénoncé un climat de ‘quasi-guerre civile en France’, fait penser à la rhétorique employée par les dirigeants autoritaires du monde arabe pour faire taire les mouvements de contestation. Mais dans ce monde arabe, l’État de droit est le plus souvent une chimère, tandis que la guerre civile, elle, est parfois une réalité. Est-ce vers ce modèle que François Fillon souhaite que la France se dirige ?”

Et deux :

Le Monde analyse  

« Marine Le Pen réactive un langage inhérent à l’extrême droite : la théorie du complot »

La présidente du FN a mis en garde, le 26 février à Nantes, les hauts fonctionnaires et a dénoncé les « cabales » qui la viseraient. Pour Valérie Igounet, chercheuse, son discours relève du complotisme.

 

Pour la troisième place la concurrence est sévère. Les candidats feront l'objet d'une prochaine salve, sur le développement du deuxième symptôme. 

Marions-les !

En cas d'union - parfaitement improbable, j'entends bien ! de nos deux géniteurs d'un futur rétrograde, 

... au  sortir du bois, pourrait naître bientôt en terre de France, une fabuleuse et tenace lignée à double visage, mais comment nommer les rejetons ? le galou ? la louzelle ? ??

Profond désarroi ! Vienne une parole de sagesse éclairer notre petite lanterne :

 

Apologue, en guise d'épilogue

In :

 


Le loup et la gazelle

« On rapporte qu’un loup s’accoupla avec une gazelle ; un petit naquit d’eux. On posa à un jurisconsulte la question suivante : « Faut-il appeler ce petit « loup » ou « gazelle » ? Si nous disons loup, sa consommation est illicite. Et si nous le considérons comme gazelle, sa chair est licite. Nous flottons entre les deux appellations, « loup » et « gazelle ». Comment devons-nous le nommer ? » Le jurisconsulte avisé donna la décision juridique suivante : « Il ne s’agit pas d’un jugement simple, mais d’un jugement complexe. Placez une touffe d’herbes parfumées et un os souillé devant ce petit. S’il se tourne vers l’herbe, c’est une gazelle et s’il se tourne vers l’os, c’est un loup »

De même, Dieu a mêlé et uni l’autre monde avec ce monde, le ciel et la terre. Nous qui sommes les enfants de l’un et de l’autre, si nous inclinons vers la science et la sagesse, nous sommes purs et célestes. Et si nous penchons vers le sommeil, la nourriture, le bien-être, les vêtements, la férocité, l’oppression, la corruption, notre demeure est le fond de l’abîme et non le sommet des hauteurs.

Si tu connais cette subtilité et ce mystère, tu comprendras :
Tu es ce que tu recherches.
Mets-toi à danser, ô parcelle de métal pur, si tu proviens de la mine :
Sache que tu es l’objet même de ta quête. »

(Sultan Valâd)


http://aminour.unblog.fr/2006/12/24/le-loup-et-la-gazelle/

Publié dans JOURNAL, humeur du jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article