De si mignons p'tits chats...

Publié le par Catherine Barbé Temple

maxisciences.com

maxisciences.com

...Dans la série "Intermède dominical"

Il est partout !

 

Toujours surprise je suis par la prolifération de vidéos consacrées à "sa majesté fourrée", dit aussi par le même auteur "Grippeminaud, le bon apôtre" ! Voici un aperçu (non exhaustif !), que dis-je un échantillon de divers aspects du félin familier célébré depuis la plus haute antiquité. 

Des petits chats verts de peur 

Elles court elle court la vidéo sur les réseaux, Pas la peine de la reproduire une fois de plus.

En revanche, à suivre....

Une explication bien rassurante

 

 

Invasion ? 

 

Etonnant non, cette invasion croissante de chatons de tout poil sur les réseaux ? 

Finalement, à la lecture de ce qui précède, pas tellement.

Peur des concombres ? Voyons, mais c'est le 'syndrome de la souris verte' bien sûr, cher Docteur !

Sérieusement, reprenons la réponse du Dr Roger Mugford, spécialiste en comportement animal interrogé par le Telegraph : "La réaction observée est due à la nouveauté et à la surprise de trouver un objet insolite secrètement placé alors que les chats avaient la tête baissée dans leur bol alimentaire." Pas un peu... légiste ? le Dr Mugford ? Par hasard ?

Les chats seraient donc eux aussi sensibles au surgissement de l'inopiné dans leur univers : l'étrange (voire l'étranger ?) jugé potentiellement dangereux, propagateur de la théorie du complot.

 

Heureusement, les chats ne votent pas !

 

 

Il eut pu être utile de les familiariser, jadis, avec le terrifique légume en leur faisant lire le Concombre masqué de Mandrika.

 

Mauvaises fréquentations ?

 leconcombre.com

leconcombre.com

Pour compléter le portrait flatté du charmant animal,, on pourra lire, sur le lien supra ce qui suit :

Le chat en poésie

Afin de nuancer des propos pas toujoujours flatteurs à l'égard du minou, les amoureux du chat entonnerons avec Charles le poème éponyme n°1 :

Viens, mon beau chat, sur mon coeur amoureux ;
Retiens les griffes de ta patte,
Et laisse-moi plonger dans tes beaux yeux,
Mêlés de métal et d'agate.

Lorsque mes doigts caressent à loisir
Ta tête et ton dos élastique,
Et que ma main s'enivre du plaisir
De palper ton corps électrique,

Je vois ma femme en esprit. Son regard,
Comme le tien, aimable bête
Profond et froid, coupe et fend comme un dard,

Et, des pieds jusques à la tête,
Un air subtil, un dangereux parfum
Nagent autour de son corps brun.
Charles Baudelaire, le Chat 1

http://poesie.webnet.fr/

Il serait intéressant aussi de suivre la trace de la bestiole dans les chansons et comptines, par exemple, l'inaltérable : la mère Michel (oui, au masculin!) ou le chat de la voisine, goinfre avéré.

En guise de synthèse provisoire, quelques lignes du Symbolisme des animaux de Barbara Hannah : ci-après le lien de l'ouvrage...

Le chat comme symbole

 

Texte 1, 2, 3, p.47, 98, 49

 

 

De si mignons p'tits chats...
De si mignons p'tits chats...
De si mignons p'tits chats...

Conclusion provisoire

Le sujet est bien vaste ! Il demanderait sans doute développements et approfondissements.

J'insisterai seulement ici sur un aspect qui relie les quelques documents qui précèdent : le chat qu'il soit l'objet d'observations/discours scientifiques ou de créations artistiques reste, par les affects (amour, peur, détestation...) qu'il provoque un puissant vecteur de représentations renvoyant aux mêmes images . Autrement dit, la science fondée sur une observation objective des faits et objets ne dit pas autre chose que l'art, profondément ancré dans l'imaginaire.  

L'opposition artificiellement entretenue entre science et imaginaire pose question. A travers l'exemple du chat, elle affleure nettement. 

J'espère pouvoir y revenir très rapidement à travers quelques nouvelles considérations sur le mythe.

 

Publié dans Archives

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article