HUMEURs (en chantier)

Publié le par Catherine Barbé Temple

© MPV

© MPV

 

"Les choses les plus simples"

Voilà donc un mois blanc qui s'est achevé, sans rien. Pourtant j'y ai cru jusqu'au bout, surtout le jour de Sainte Jeanne d'Arc, le 30. Et puis décidément non !

Mouvement de repli vers des choses, les plus simples... flash back :

 

 

 

Ambiance languide, recherche de quelquechose de nouveau, laisser filer les mots, laisser tomber les notes, surtout celles de bas de page, bercée par celles de l'accordéon. Mouvement intérieur, comme une vague, sac et ressac. De la musique avant toute chose. Et puis envie de choses simples, née d'un mot. Flash back :

 

 

 

 

 

 

 

 "Nous vivons une époque épique et nous n'avons plus rien d'épique"

Faut-il le regretter ?

Le mot "épique" capté un matin, d'une oreille distraite, a réveillé Léo en mes bois dormant. 

L' epos grec, c'est le chant, mais pas n'importe quel chant. "Les plus beaux chants sont les chants de revendication" dit encore Ferré. La revendication comme guerre sociale. L'epos, chant de guerre, légende héroïque tout enchevêtrée d'Histoire, la grande, celle de Gilgamesh, d'Ulysse, reprise en tragédie. Où sont les héros d'aujourd'hui ? Et qui les chante ? Derrière les héros qu'on dit modernes se dissimule toujours une andromaque, une antigone, un ulysse..?

Une envie d'aborder le mythe par le petit bout de la lorgnette

Et en chacun/-e de nous ne se cache-t-il pas dans un recoin, un repli quelque trait d'une figure héroïque, la plupart du  temps ignoré. Et s'il arrivait qu'elle pointe son nez parfois, le temps d'un émoi fugace, joie ou colère ? Qui ne s'est jamais à un moment senti immonde et/ou sublime à la fois, dans une dilatation intérieure de l'être ? Mais pourquoi la sensation de plénitude en vient-elle à se muer en un vide abyssal, vertige, angoisse ?  Cette dernière peut aussi arriver brutalement sans que les premiers signes sensitifs en aient été perçus. 
Laissant parler les mots, je me demande si mon goût récent pour les choses les plus simples ne serait pas un indice que justement les plus insignifiants détails du quotidien pourraient ouvrir sur des univers immenses, sur les grandes figures primitives dont nous gardons en nous des traces immémoriales.

Jeanne d'Arc, quand même !

C'est sur cette piste je crois que j'ai peu à peu abandonné Jeanne d'Arc pour l'instant, après en avoir exploré pour moi les aspects tout personnels qui m'y reliaient intimement.

Derrière elle, de fait j'ai découvert plus grande figure, médiatiSée sans doute par ses voix, Stes Maguerite et Catherine, et St Michel. et plus loin, l'idée que son destin d'Amazone  fut scellé bien avant qu'elle ne fût née. Il existait en effet  dans une France secouée par la guerre de cent ans une croyance en une vierge guerrière, venue des marches de Lorraine sauver le pays, à laquelle elle fut identifiée dès qu'on la vit chevauchant. Pesante destinée !

Le mythe de Jeanne souligne la simplicité de sa condition. Elle ne se pose pas la question, comme le fera l'Inquisiteur, de savoir si ses voix sont de Dieu ou du Malin. Garder les moutons, invite à la méditation/oraison plutôt qu'à la scholastique. 

Mais plus tard, n'aurait-elle pas succombé à l'identification, possédée par un personnage façonné par la rumeur ? Abîmée dans l'action, n'aurait-elle pas ignoré un ultime avertissement de ses voix ?

Un phénomène bien banal après tout que pourront illustrer nombre d'anecdotes, oh rien d'épique, tirées de ma réserve. Banal et en même temps typique de ce qui peut arriver à tout un chacun qui se laisse envahir/posséder par une humeur, au départ plus ou moins diffuse, à l'origine de dysfonctionnements divers. Je me souviens à ce moment précis de Gabrielle Russier possédée peut-être par la figure de Phèdre, érigée pour l'occasion en complexe.( Là, il faudrait quand même une note, me souffle ma petite voix intérieure.) 

Humeurs diffuses dans lesquelles je classe la nostalgie : nostos+algos(retour+souffrance) en grec, ça fait mal, en français aussi.

Quand elle vous tient, ça peut durer longtemps, et révéler des profondeurs riches de potentielles découvertes... 

Tiens, justement, si on s'en remettait une petite touche, louche, couche...

Publié dans JOURNAL, Jeanne d'Arc Mythe

Commenter cet article

de la place saint-michel 03/06/2015 10:19

Tu vas m' tuer avec toutes tes musiques !

Catherine Barbé Temple 03/06/2015 11:01

C'est pas le but, mais après...

marie du 24 03/06/2015 09:57

Ah ! faudrait relire ce texte trois, quatre, cinq fois pour bien tout comprendre.
Retourner voir sur Wiki les histoires d' Andromaque et d' Ulysse et tous ces personnages que tu cites.
J' suis perdue !
Ce que je comprends dans tout ça, c' est que tu veux dire que derrière les petites choses , il y en a, de fait, des grandes qui pourraient devenir mythiques , ou plutôt que la chose simple est l' expression de tout un monde philosophique ou psychologique, voire historique ? C' est du symbolisme , de la mise en abyme ?
Euh là, Marie , tu t' embourbes. Je retourne à mes kinder .
A propos de kinder, j' ai bien aimé la série de photos des gris-gris, surtout la dernière, bien cadrée et bien foutue .

Catherine Barbé Temple 03/06/2015 11:36

Oui, c'est le chantier, comme annoncé ! Non, pas exactement : l'idée générale que j'ai faite mienne, c'est que chaque individu est le résultat, comme un résumé de l'histoire de l'humanité, corps et âme/esprit. Les grandes figures mythiques traversent l'Histoire en adoptant des formes adaptées, de nouvelles frusques pour remplacer leurs vieilles fripes. Elles sont présentes à différents niveaux social, politique, culturel, repérables, mais aussi dans les replis de la psyché individuelle. On peut les repérer à d'infimes détails du quotidien, autant que dans les productions les plus grandioses (cérémonies d'inauguration des jeux olympiques par exemple). Si elles ne sont pas reconnues, elles agissent de manière autonome et peuvent aboutir, au plan collectif à des régimes autoritaires par exemple. C'est pourquoi il est important de les pister. En ce moment des éléments se constellent d'une manière assez flagrante. Oui, de nouveaux mythes pourraient bien être en train de se créer.
Rien ne sert d'élaborer de grandes théories face à ce phénomène, ni de sortir bazoukas. C'est au départ un travail individuel d'observation de soi. Si on est pas allé au fond des ses propres turpitudes, il est difficile de reconnaître celles des autres...
Il est difficile, quand il faut expliquer ce type de démarche, de passer outre la construction d'un discours forcément intellectuel.
Or, c'est tout le contraire. D'où "les choses les plus simples". Justement...
...Merci pour les gris-gris ! Oui, devant le résultat, la dernière, j'ai vu : elle avait une parenté avec les tiennes, révérence gardée !
j'aime beaucoup faire des petits trucs comme ça.

mpv 02/06/2015 08:42

Ah ! "les plus beaux chants sont des chants de revendication ! " Oui !
Je vais y revenir, je dois m' occuper ce matin de mon passeport, et c' est pas simple ...