Hésiode présente Les Moires /Parques et Kères...

Publié le par Catherine Barbé Temple

... déesses du destin [1l

Filles de Nuit

Nées une première fois de Nuit, fille d’Abîme, par parthénogénèse, formant un groupe indifférencié :

« Nuit enfanta l’odieuse Mort, et la noire Kère et Trépas (…) Elle mit au monde aussi Les Parques/Moires et les Kères , implacables vengeresses, qui poursuivent toutes les fautes contre les dieux ou les hommes, déesse dont le redoutable courroux jamais ne s’arrête avant d’avoir au coupable, quel qu’il soit, infligé un cruel affront[2]. »

Mais aussi...

Elles renaissent dans la descendance des Olympiens, filles de Zeus et de Equité, sa deuxième épouse. Elles sont désormais dénombrées, différenciées nettement puisque nommées :

(…) Zeus « épousa la brillante Thémis/Equité, qui fut mère (…) des Parques/Moires, à qui le prudent Zeus a accordé le plus haut privilège, Clothô, Lachésis, Atropos, qui, seules aux hommes mortels donnent soit heur soit malheur. [3]»

[1] En complémnt de « A propos de Moire, déesse éponyme »

[2] Hésiode, v.211 sqq., Traduction Paul Mazon, Belles Lettres, Paris, 1972

[3] Ibid., V.901sqq.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article